L'Albatros (Tifenn)

Publié le par 1ères S2 et S3

L'ALBATROS

Souvent, pour s'amuser, les hommes d'équipage
Prennent des albatros, vastes oiseaux des mers,
Qui suivent, indolents compagnons de voyage,
Le navire glissant sur les gouffres amers.


A peine les ont-ils déposés sur les planches,
Que ces rois de l'azur, maladroits et honteux,
Laissent piteusement leurs grandes ailes blanches
Comme des avirons traîner à côté d'eux.


Ce voyageur ailé, comme il est gauche et veule!
Lui, naguère si beau, qu'il est comique et laid!
L'un agace son bec avec un brûle-gueule,
L'autre mime, en boitant, l'infirme qui volait!


Le Poète est semblable au prince des nuées
Qui hante la tempête et se rit de l'archer;
Exilé sur le sol au milieu des huées,
Ses ailes de géant l'empêchent de marcher.

Charles Baudelaire.


 Le titre annonce un texte descriptif et ne laisse imaginer aucune péripétie. Le texte débute par un récit apparemment neutre et impassible. Le décor est posé avec la mer : « les hommes d’équipages ». Cette scène est répétitive avec « souvent ». il apparaît que pour rompre l’ennui, ils font cela souvent.

On a une description des albatros et du navire. Les hommes d’équipage sont montrés sans excuse pour cet acte. Au début on a l’impression que « prennent » évoque la chasse alors que c’est un acte pervers et injustifié. On a ici une condamnation des êtres humains.

On l’idée d’une grandeur physique avec les oiseaux par l’emploi de « vaste » qui serait plus apte à qualifier la mer. Il y a aussi une certaine humanité avec une initiative pacifique : « compagnons de voyage ». On a l’impression qu'ils sont à l’égal de l’homme.

Le troisième élément décrit est le voyage qui réunit les hommes et les oiseaux. On a une idée d’insouciance, de passivité avec le vers 4 sans coupure. La cadence est régulière avec deux brèves et une longue. En même temps, on a l’impression d’un monde clos avec le »navire » qui s’oppose à la liberté de l’albatros.

Il y a un contraste dans le deuxième quatrain. « Les planches » suggèrent un lieu d’exhibition grossière. Le mot « déposés » évoque les rois déposés. On peut penser que les grandes ailes blanches évoquent l’hermine impériale. « Ces rois de l’azur » et « ailes blanches » ressortent également. La déchéance de la phrase apparaît avec « piteusement ». L’humiliation des oiseaux est présentée par l’auteur alors que la strophe 3, ce sont les matelots, les marins.

On voit la vision du poète « ce voyageur ailé » qui s’oppose à « gauche et veule » de même dans les autres vers. L’opposition se fait entre ce qui se passe maintenant et avant. Il est désormais prisonnier alors qu’avant il était libre. Il devient entre les mains des hommes un jouet et ne suscite plus que la dérision alors qu’il évoquait avant l’admiration. On a alors un sentiment de pitié qui amène à la comparaison finale. Enfin dans le vers 12, on a un décrochement du gérondif avec une cadence plus lente qui suggère la boiterie.

La quatrième strophe est un changement brutal d’origine et de registre.

 

 

La dernière strophe débute par le poète qui associé « au prince des nuées » montre une identité semblable non pas avec les hommes d’équipage mais l’albatros.

« exilé sur le sol » évoque donc comme l’albatros qu’il est inadapté au monde des hommes mais destiné à celui du ciel.

« Le roi d’azur » est plus fort que « le prince des nuées ». ce dernier évoque un avis de tempête. Il parle du poète avec des thèmes un peu différent de ceux de l’albatros. Les deux derniers vers vont expliciter ces différents qui font du poète un être surhumain.

Le poète se sent incompris par les hommes. Cette hostilité est montrée avec « huées ». Il y a un hiatus avec le h. On remarque à la fin du poème, une rime de plus en plus fréquente [é]. Ce dernier vers résume le poème et s’applique à l’albatros, tout comme au poète avec l’idée de compréhension avec les hommes.

Ce poème a dans sa construction un caractère romantique et aussi plein de symboles.


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

1ères S2 et S3 28/05/2009 17:31

Autrement dit. Aller voir là :

http://www.bacdefrancais.net/albatros.php