La grasse matinée (Tifenn)

Publié le par 1ères S2 et S3

La grasse matinée


Il est terrible
le petit bruit de l'oeuf dur cassé sur un comptoir d'étain
il est terrible ce bruit
quand il remue dans la mémoire de l'homme qui a faim
elle est terrible aussi la tête de l'homme
la tête de l'homme qui a faim
quand il se regarde à six heures du matin
dans la glace du grand magasin
une tête couleur de poussière
ce n'est pas sa tête pourtant qu'il regarde
dans la vitrine de chez Potin
il s'en fout de sa tête l'homme
il n'y pense pas
il songe
il imagine une autre tête
une tête de veau par exemple
avec une sauce de vinaigre
ou une tête de n'importe quoi qui se mange
et il remue doucement la mâchoire
doucement
et il grince des dents doucement
car le monde se paye sa tête
et il ne peut rien contre ce monde
et il compte sur ses doigts un deux trois
un deux trois
cela fait trois jours qu'il n'a pas mangé
et il a beau se répéter depuis trois jours
Ça ne peut pas durer
ça dure
trois jours
trois nuits
sans manger
et derrière ce vitres
ces pâtés ces bouteilles ces conserves
poissons morts protégés par les boîtes
boîtes protégées par les vitres
vitres protégées par les flics
flics protégés par la crainte
que de barricades pour six malheureuses sardines..
Un peu plus loin le bistrot
café-crème et croissants chauds
l'homme titube
et dans l'intérieur de sa tête
un brouillard de mots
un brouillard de mots
sardines à manger
oeuf dur café-crème
café arrosé rhum
café-crème
café-crème
café-crime arrosé sang !...
Un homme très estimé dans son quartier
a été égorgé en plein jour
l'assassin le vagabond lui a volé
deux francs
soit un café arrosé
zéro franc soixante-dix
deux tartines beurrées
et vingt-cinq centimes pour le pourboire du garçon.

 

Jacques Prévert

La signifIcation du titre:
Ne rien faire, le bonheur, le calme,le lit, le petit déjeuner gras, plein de sucre. Des blagues (humour gras).Une matinée qui va apporter de l'argent. Le titre permet d'attendre un poème d'une vie positive.

Le poème:
C'est une structutre circulaire ( identique au début et à la fin) mais il y le milieu donc la fin ne veut pas dire pareil qu'au début. Il y a beaucoup de répétitions. Le poème raconte un fait divers, l'histoire d'un homme. Un homme qui a faim, qui souffre et qui troubve à manger en tuant un autre homme. Le meurtre est vécu à l'intérieur de l'homme. Le narrateur nous met à l'intérieur du personnage. La fin du poème est sans rapport avec le reste. Il ya un décalage entre le titre prometteur et le contenu (titre dindividu corresspondant à des gens dans la crise). Tout le fait divers tient en une ligne. La volonté du narrateur est d'essayer de montrer par quel mécanisme un individu en vient à tuer un autre. Les événements s'enchaînent par association d'iddées. Il y a un dynamisme du poème, fait de rythmes saisissants.
Vers 52à 55 la focalisation et le point de vue sont différents. La focalisation est externe et le point de vue négatif. Le début du poème n'est pas un début annonciatieur. Ver 1 et 2 il y une opposition entre "terrible" et "petit bruit". Les deux premiers vers sont " une plaisanterie". Le poème est construit sur un effet sonore, il y a des allitérations en dentales, en liquide. Le ver 1 et 2 sont très marqués, le ver 4 est une sorte d'étouffement. Les sonorités renforcent le " terrible", de plus il y a une anaphore de "terrible" c'est un pricédé d'insistance. Il y a la dénonciation d'un système, c'est un poème engagé ( à gauche). Le monde se paye sa tête vers 21 22. Le poète s'appuie sur des choses toutes faites. Il y a une dénonciation violente sans en avoir l'air . L'hallucinaton commence vers 41. Le personnage qui a tué a donné 25 cents alors qu'il n'avait que 2 francs.


Commenter cet article