Chant des Partisants de Maurice Druon [Alex.B]

Publié le par 1ères S2 et S3

Chant des partisans

Maurice Druon 1944

 

Ami, entends-tu le vol noir des corbeaux sur nos plaines ?

Ami, entends-tu les cris sourds du pays qu'on enchaîne ?

Ohé, partisans, ouvriers et paysans, c'est l'alarme.

Ce soir l'ennemi connaîtra le prix du sang et les larmes.

 

Montez de la mine, descendez des collines, camarades !

Sortez de la paille les fusils, la mitraille, les grenades !

Ohé, les tueurs à la balle et au couteau, tuez vite !

Ohé, saboteur, attention à ton fardeau : dynamite...

 

C'est nous qui brisons les barreaux des prisons pour nos frères,

La haine à nos trousses et la faim qui nous pousse, la misère.

Il y a des pays où les gens au creux des lits font des rêves ;

Ici, nous, vois-tu, nous on marche et nous on tue, nous on crève.

 

Ici chacun sait ce qu'il veut, ce qu'il fait quand il passe ;

Ami, si tu tombes un ami sort de l'ombre à ta place ;

Demain du sang noir séchera au grand soleil sur les routes ;

Chantez, compagnons, dans la nuit la Liberté nous écoute.




Chant des partisans est un poème plutôt court écrit principalement part Maurice Druon pendant la deuxième guerre mondiale. Ce poème va très vite devenir l’hymne de tous les résistants français grâce à sa conviction et à son appel a la révolution. 

Pour sa forme, celui-ci est composé de 4 quatrains, avec des pieds plutôt incompréhensibles car les vers comportent, la plupart d’entre eux, 14 à 15 syllabes ( vers n° 7 et 13 par exemple ). Les rimes sont basées sous la forme suivante : AABB AABB AABB AABB.

On remarque dans ce poème que l’auteur s’adresse à comme il dit son « ami »

(vers n°1,3,14). Il nous fait bien ressentir que cet ami est pour lui très important car il lui fait comme une sorte de confession : « entends-tu » (vers n°1 et 2). De plus on peut remarquer également que ce poème est une texte de combat : d'abord il alerte celui qui le lit ou l'écoute. Ensuite il incite à la révolte et à la résistance, enfin il affirme l'espoir malgré la mort ( vers n° 7 ).

On peut voir aussi que le vocabulaire utilisé est très simple et appartient à un même champ lexical, que tout le monde aura deviné, celui de la guerre et de la mort. Ce poème est également très simple dans sa compréhension, comme si l’auteur voulait que son œuvre soit comprise par un grand nombre de personnes ( on peut penser que Druon veut marquer tous les esprit et montrer les horreurs de la guerre ).

 

 

 

 

Je trouve que cette image représente très bien le poème car il montre la détermination que pouvait avoir les résistants durant la guerre. De plus le fond rouge ainsi que le sang qui coule de la main peuvent laisser penser aux séquelles que les soldats ont pu garder comme « souvenirs » de la guerre.

 

 

 

 


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

M. Urnauer 29/05/2009 10:49

On peut rappeler que Joseph Kessel (auteur du Lion ) est également auteur de ce Chant, avec Maurice Druon.

Mlle N. 20/05/2009 17:50

Tu sais que ce texte a été mis en chanson ? et aussi adapté JUSTE pour piano solo et que c'est la chanson la plus belle que j'ai jamais entendu ? Et que quand tu l'écoutes, tu sais plus vraiment où tu es parce qu'elle te transporte si loin de là? Et que quand tu te réveilles tu trouves ça bizarre d'être là où tu es ?
Non vraiment ! t'aurais pas pu trouver mieux !
J'aime =)