Morbihan de GUILLEVIC( Antoine )

Publié le par 1ères S2 et S3

Eugène Guillevic (Carnac, Morbihan, 5 août 1907 - Paris, 19 mars 1997) est l'un des plus importants poètes français de la seconde moitié du XXe siècle. Il ne signa jamais ses nombreux recueils que de son seul nom, Guillevic. Catholique pratiquant jusque vers trente ans, il devient sympathisant communiste au moment de la Guerre d'Espagne, adhère en 1942 au Parti communiste alors qu'il se lie à Paul Éluard et participe aux publications de la presse clandestine (Pierre Seghers, Jean Lescure). Il demeure, malgré bien des réticences sur la fin des années 60, fidèle à son engagement jusqu'en 1980.

Morbihan
Ce qu’il fut fait a ceux des miens,
Qui fut exigé de leurs mains,
Du dos cassé, des reins vrillés.

Vieille à trente ans, morte à vingt ans,
Quand le regard avait pour âge
L’âge qu’on a pour vivre clair,

Ce qui fut fait a ceux des miens,
Pas de terre assez pour manger,
Pas de terre assez pour chanter

Et c’est la terre ou c’est la mer,
Le travail qui n’est pas pour soi,
La maison qui n’est pas pour toi,

Quatorze pour les rassembler,
L’armistice pour les pleurer,
L’alcool vendu pour les calmer,

Un peu d’amour pour commencer,
Quelques années pour s’étonner,
Quelques années pour supporter,

Je ne peux pas le pardonner.

Sphère « poésie », GALLIMARD, 1963

Ce poème est un poème formé de 6 tercets et d’un ver en octosyllabes, dont la rime est formé ainsi : AAB, CDE, ABB, EFF, EEE, EEE, E. Ce type de rime n’est pas courant et il s’y forme une certaine irrégularité dans les rimes. C’est un poème qui dénonce la guerre, pas en parlant du front, ou des combats, mais de la difficulté qu’éprouvait l’arrière. On peut y voir une certaine forme de Carpe diem : « Vieille a trente ans, morte à vingt ans ». Le poète change la structure de deux de ses vers : « Pas de terre assez », « Vieille a trente ans, morte  vingt ans ».ca ajoute une musicalité  et un rythme au poème.

J’ai choisi ce poème car il raconte avec réalisme les horreurs de la guerre, mais aussi parce que je le trouve très beau, également car le titre évoque la Bretagne.

Je trouve que la photo que j’ai choisie décrie bien le poème car elle représente une bretonne pendant la seconde guerre mondiale, ayant le visage buriné par les difficultés vécues, les rationnements, l’occupation,…

Commenter cet article

M. Urnauer 29/05/2009 11:39

" On peut y voir une certaine forme de Carpe diem : « Vieille a trente ans, morte à vingt ans »."
==> je ne vois pas trop le rapport avec le Carpe Diem !?...