Victor Hugo - Les contemplations (Saturne III) - Alexandre.G

Publié le par 1ères S2 et S3

 

Victor Hugo, Saturne

 

III
Saturne! Sphère énorme! Astre aux aspects funèbres!                            1                                                                        Bagne du ciel! Prison dont le soupirail luit!
Monde en proie à la brume, aux souffles, aux ténèbres!
Enfer fait d'hiver et de nuit!

Son atmosphère flotte en zones tortueuses.                                              5
Deux anneaux flamboyants, tournant avec fureur,
Font, dans son ciel d'airain, deux arches monstrueuses
D'où tombe une éternelle et profonde erreur.

Ainsi qu'une araignée au centre de sa toile,
Il tient sept lunes d'or qu'il lie à ses essieux;                                              10
Pour lui, notre soleil, qui n'est plus qu'une étoile,
Se perd, sinistre, au fond des cieux!

Les autres univers, l'entrevoyant dans l'ombre,
Se sont épouvantés de ce globe hideux.
Tremblants, ils l'ont peuplé de chimères sans nombre,                           15
En le voyant errer formidable autour d'eux!

 

Victor Hugo (1802-1885), fils d’un empereur, s’est intéressé à la poésie dès l’âge de 14 ans.

C’est un auteur lyrique et fait parti du mouvement du romantisme.

Les  contemplations ont été publiées en 1856.

 

                Le poème est constitué de 4 strophes de 4 vers,  de la forme suivante :

ABAB CDCD, avec 3 alexandrins, puis un octosyllabe, et 4 alexandrins.

Il y a présence de rejets, par exemple, vers 6-7 « Font », 11-12 « Se perd » et aussi d’enjambements,

vers 13.

                Ici, l’image dominante est celle de la pénombre et de l’enfer. La vision de l’univers et de 

Saturne que nous avons, est utilisée pour nous faire ressentir ce sentiment d’égarement et

de froideur. Ce poème sert à projeter ce que ressent l’auteur, à ce moment. Cela peut aussi

représenter la nature humaine car on peut prendre saturne pour un personnage, ainsi que les autres

astres présents. Comme le montre les vers 13 et  14. Les termes les plus profonds sont choisis de

façon à « envouter » le lecteur tel que « éternelle » et « profond ».

 

                J’ai choisis ce poème pour le sentiment extrême de profondeur et de noirceur qu’il dégage.

Je trouve ce texte impressionnant mais aussi assez mélancolique.

 

                J’ai choisis cette image de Saturne (un dessin plutôt, car je ne pense pas qu’il s’agisse d’une

photo), avec au premier plan le satellite Mimas . Je trouve que cette image représente, on ne peut

mieux, Saturne et le premier plan constitue un point d’observation permettant de faire contraste.

Commenter cet article

M.Urnauer 27/05/2009 23:24

J'allais le dire !...

??? (2) 27/05/2009 17:10

Ce qui ne fait pas de lui le fils d'un empereur!

??? 27/05/2009 16:08

il est le fils d'un général de napoléon

M. Urnauer 26/05/2009 18:47

Hugo, fils d'un empereur ?...