C.Baudelaire - La mort des amants [Corentin]

Publié le par 1ères S2 et S3

La mort des amants


Nous aurons des lits pleins d'odeurs légères,
Des divans profonds comme des tombeaux,
Et d'étranges fleurs sur des étagères,
Ecloses pour nous sous des cieux plus beaux.

Usant à l'envi leurs chaleurs dernières,
Nos deux coeurs seront deux vastes flambeaux,
Qui réfléchiront leurs doubles lumières
Dans nos deux esprits, ces miroirs jumeaux.

Un soir fait de rose et de bleu mystique,
Nous échangerons un éclair unique,
Comme un long sanglot, tout chargé d'adieux ;

Et plus tard un Ange, entr'ouvrant les portes,
Viendra ranimer, fidèle et joyeux,
Les miroirs ternis et les flammes mortes.

 


Charles Baudelaire est né le 9 avril 1821 à Paris.
Baudelaire nous propose ici deux visions opposés de la mort dans son recueil Les Fleurs du mal, l'aspect morbide("Une Charogne") et l'aspect heureux ("La mort des amants").

Contrairement a ce qu'il laisse croire, ce poème n'aborde pas réellement le thème de la mort, mais plutôt celui de l'amour, seul le titre et le dernier vers y font allusion, le poète nous en parle, mais d'une façon positive, la couleur noire de la Mort est remplacée par "rose et de bleu mystique".

L'auteur nous offre un idéal, ou la fidélité et la fusion des deux âmes soeurs s'unient.

Plusieurs termes expriment l'union du duo amoureux "nos deux coeurs seront deux vastes flambeaux";"doubles lumières";"deux esprits";"miroirs jumeaux"

Malgré la mort qui s'abat, l'auteur laisse percevoir les sens et les sensations des deux amants, l'âme domine.

L'image choisie correspond à l'oeuvre "Thérèse Raquin" d'Emile Zola, histoire d'une femme et de son amant. 

J'ai choisi un poème de Baudelaire, car pour moi, cet auteur possède un style unique, longtemps incompris, il demeure une âme torturé.

 

Commenter cet article

M. Urnauer 29/05/2009 11:47

Tu ne nous dit rien du choix de ton image.