"Mai", Apollinaire. [James]

Publié le par 1ères S2 et S3


MAI


Le mai le joli mai en barque sur le Rhin
Des dames regardaient du haut de la montagne
Vous êtes si jolies mais la barque s'éloigne
Qui donc a fait pleurer les saules riverains

Or des vergers fleuris se figeaient en arrière
Les pétales tombés des cerisiers de mai
Sont les ongles de celle que j'ai tant aimée
Les pétales flétris sont comme ses paupières

Sur le chemin du bord du fleuve lentement
Un ours un singe un chien menés par des tziganes
Suivaient une roulotte traînée par un âne
Tandis que s'éloignait dans les vignes rhénanes
Sur un fifre lointain un air de régiment

Le mai le joli mai a paré les ruines
De lierre de vigne vierge et de rosiers
Le vent du Rhin secoue sur le bord les osiers
Et les roseaux jaseurs et les fleurs nues des vignes

Apollinaire, Alcools

 

 

Apollinaire (1880-1918), précurseur du surréalisme. Ami de Picasso et de Max Jacob. "Mai" est un  poème lyrique du recueil Alcools écrit en 1913. Références littérales à l’alcool et à l’ivresse ("Zone", "Vendémiaire"),évocation des tavernes, brasseries, auberges, caveaux (Paris, Munich, Cologne…), évocation des vignes rhénanes, Dans l’inspiration, Alcools peut évoquer la soif, le désir de consommer la vie. La soif est synonyme de curiosité, d’enthousiasme, de désir intense. C‘est seulement le 9 mars 1916 qu’il est naturalisé français par décret, deux an savant son décès.

"Mai" est un poème lyrique du recueil Alcools (1913). Il est l'expression de sentiments personnels et s'inspire des impressions recueillies par Apollinaire lors de son séjour sur les bords du Rhin. Il contient aussi des allusions à son amour pour une certaine femme, dont la présence discrète explique le désenchantement du poème.
L'étude structurelle du poème révèle, dans les deux premières strophes, l'existence d'un thème, les amours impossibles. Il disparaît des strophes 3 et 4, de même que s'efface le personnage important qui jouait un rôle important dans les deux premières strophes. Par ailleurs, le poème offre des images en abondance qui traduisent le passage des sentiments, et qui suggèrent la vanité de toutes choses. Ce poème divisé en 3 strophe (3 quatrain et un quintil ). Mai se présente sous la forme de 4 strophes d’alexandrins.
Les rimes sont embrassées.

 

Commenter cet article

??? 01/06/2009 15:25

n'excuse

James 30/05/2009 22:42

Jai envie de dire mal organizé (comme dab) et copié coller (pas fau, javai pa la tete a sa) se ki mexcuse rien.

M. Urnauer 30/05/2009 21:32

Un abscons mélange de copié/collé et de quelques phrases relevant d'une production plus personnelle. Le tout fournit un commentaire hétéroclite et mal organisé.