La courbe de tes yeux de Paul Eluard by Jonathan

Publié le par 1ères S2 et S3

Paul Eluard de son vrai nom Eugène Emile Paul Grindel né à Saint-Denis dans la banlieue parisienne le 14 décembre 1895. Il était atteint de la turberculose à l'âge de 16 ans. Il écrit sont premier ouvrage en 1913 " premiers poèmes". Après la victoire de 1918, il adhère au parti communiste français et se lie d'amitié avec André Breton , Louis Aragon, Pierre Unik et d'autres. Ce sont aussi les fondateurs du mouvement surréaliste. Il a eu trois femmes dans sa vie qui l'inspirait énormement. D'abord Gala ( 1917-1930 ), Nush ( 1931-1946 ) puis Dominique ( 1947-1952 ). Il meurt le 18 novembre 1952.




La courbe de tes yeux

La courbe de tes yeux fait le tour de mon coeur,
Un rond de danse et de douceur,
Auréole du temps, berceau nocturne et sûr,
Et si je ne sais plus tout ce que j'ai vécu
C'est que tes yeux ne m'ont pas toujours vu.

Feuilles de jour et mousse de rosée,
Roseaux du vent, sourires parfumés,
Ailes couvrant le monde de lumière,
Bateaux chargés du ciel et de la mer,
 Chasseurs des bruits et sources des couleurs,

Parfums éclos d'une couvée d'aurore
Qui gît toujours sur la paille des astres,
Comme le jour dépend de l'innocence
Le monde entier dépend de tes yeux purs
Et tout mon sang coule dans leurs regards.

                                                                                                Paul ELUARD, Capitale de la douleur, (1926)


La Courbe de tes yeux est un extrait du recueil Capital de la douleur(1926). Il fait l'éloge des yeux d'une femme, surement de Gala ( voir plus haut la référence des rencontres ). Il parle de ces yeux surtout il en fait une formidable description. Ce court poème se compose de trois quintides avec un schéma des rimes non particuler ( AABCC) pour la première strophe, ( AABBC) pour le second puis ( ABCDE) pour le dernier. On remarque une alternance entre alexandrins, décasyllabes et octosyllabes.

D'abord dès le premier et le dernier vers on constate qu'il y a un lien "fait le tour de mon coeur" et "tout mon sang coule" , cela s'apelle un chiasme. On pense que Eluard fait qu'un avec sa belle. Ensuite, il fait une description des yeux, vers 6 "feuille" et "mousse" puis vers 9 "ciel" et "mer", nous fait penser à la couleur de l'iris vert ou bleu. Puis la description autour de l'oeil, vers 8 "ailes" qui fait penser aux paupières de la femme, vers 7 "roseaux" qui fait référence aux cils. De plus, ce poème montre que Eluard est dependant de cette femme, vers 3 "nouveau né dans son coeur" démontre que le poète tient énormement à sa compagne. Vers 4 et 5 il vit que pour l'amour de sa belle. Cette sensation est accentué vers 8 "ailes" nous fait penser à une mère qui protège son enfant. Pour finir, Paul Eluard, nous montre autre chose que la beauté phisique de la femme mais que les yeux sont une partie importante de celle-ci. Je pense comme ce poète, tout ce fait avec le regard.

J'ai choisi cette photo, car forcement elle a un rapport avec le poème de Eluard, mais je pense que chacun doit lire ce poème et ce faire une image propre à lui même. Je pense que tout ce fait au premier regard tel que le " coup de foudre", puis le regard ne trompe jamais sur les sentiments. Paul Eluard disait que:" Il ne faut pas de tout pour faire un monde, il faut du bonheur et rien d'autre".

 


Commenter cet article

M. Urnauer 31/05/2009 22:22

Attention : le fait qu'il y ait un écho possible entre le 1er et le dernier vers est intéressant, mais ce n'est pas un chiasme !...