[ Steffi ]

Publié le par 1ères S2 et S3


  Il pleure dans mon coeur ...


Il pleure dans mon coeur
Comme il pleut sur la ville;
Quelle est cette langueur
Qui pénètre mon coeur ?

Ô bruit doux de la pluie
Par terre et sur les toits !
Pour un coeur qui s'ennuie,
Ô le chant de la pluie !

Il pleure sans raison
Dans ce coeur qui s'écoeure.
Quoi ! nulle trahison ?...
Ce deuil est sans raison.

C'est bien la pire peine
De ne savoir pourquoi
Sans amour et sans haine
Mon coeur a tant de peine !


Paul Verlaine





Paul Marie Verlaine, qui est surnommé " le Prince des Poètes ", est un poète français symboliste, né à Metz en 1844. Issue de la petite bourgeoisie, il fut élève au lycée Bonaparte. Il s'inscrit en droit mais fréquente surtout les cafés et les poètes. Il renonce rapidement à ses études pour travailler d'abord dans un cabinet d'assurances, puis comme expéditionnaire à la mairie. Son premier poème publié est Mr Prudhomme dans la revue de Louis Xavier de Ricard, son ami : La Revue du Progrès. Il meurt en janvier 1896 à Paris. De 1871 à 1873 il travail avec Rimbaud, le 10 juin 1873 il tire deux coups de feu sur Rimbaud suite à une dispute. Il est donc condamné à de la prison. La mort de sa mère précipite son déclin. Il décède en 1896 suite à une maladie.


Il pleure dans mon coeur est un poème extrait du recueil Romances sans paroles (1874). Ce poème court aborde les thèmes des paysages intérieurs et des sentiments de la mélancolie. Le poème est structuré de quatres quatrains, sous la forme d'hexamètre avec des rimes particulères disposées tel que abaa. D'ailleurs on constate une rime riche à chaque premier et dernier vers de chaque strophe. Il y a la répétion d'un même mot , " coeur ", " pluie ", " raison ", " peine " ce qui renforce le poème et créé un effet monotone.
Il pleure dans mon coeur de Paul Verlaine repose particulièrement sur la musicalité. La mélancolie de Verlaine est en harmonie avec le paysage. Le bruit de l'eau se transforme en mélodie. Il y a une allitération de la lettre "l". Ce qui fait référence à un liquide, ici la pluie qui tombe ou les larmes qui coulent. L'auteur se laisse bercer par la mélancolie des gouttes. La pluie peut influencer son état d'âme, ou encore en être sa projection. Ce sui créer un effet miroir. Dans les v1 et 2, il y a une somparaison qui forme une symétrie dans le poème. L'auteur utilise des paronymes, " pleure " et " pleut ", la pluie est dans ces vers associé aux larmes. Au v8, la pluie est personifié, ce qui représente le bruit que fait la pluie. Dans les v5 et 8 il y a une répétition de la  syllabe " Ô " qui valorise ainsi la mélodie de la pluie. Dans la troisième strophe, l'auteur est possédé par la tristesse. " Quoi " v11 créé une rupture du rythme. Ainsi tout au long du poème, on retrouve le champs lexival de la douleur, la tristesse, la mélancolie " pleure " (v1), " pleut " (v2), " langueur " (v3), " ennuie ", (v7) " écoeure " (v10) ," trahison " (v11), " deuil " (12), " peine " (v13), " haine " (v15).


Verlaine dans ce poème nous décrit peu le paysage. L'intensité de la tristesse est présente du début à la fin du poème, qui créé un ton monotone du poème. L'auteur se question sur cette mélancolie. Ce n'est que lors de la dernière strophe que l'on découvre que c'ette mélancolie est du a l'absence de cause. Verlaine lui même ne sait pas pourquoi tant de tristesse.



L'image que j'ai choisis est celle d'une femme que l'on voit flou a cause de la pluie (comme Verlaine l'est dans ce poème). La pluie devant la vitre rapel la comparaison dans les premier vers.

Commenter cet article

M. Urnauer 09/05/2009 18:55

Bien cette photo,
Ce serait bien d'en donner la source (voire même de l'accompagner de quelques explications !...)