Inconnu - Marée haute [Quentin.G]

Publié le par 1ères S2 et S3

 

 

Malheureusement l’auteur de ce si joli poème m’est inconnu. Marée Haute est un poème extrait de Excavation ; un recueil de poèmes lyriques.

 

 

J'ai vu tes yeux marée haute.
A faire pâlir le ciel d'être bleu,
à faire fondre la lumière d'être deux.
J'ai vu tes yeux marée haute
s'ouvrir si grand que les mers
s'ouvrir si grand que la terre
s'y perdraient au fond d'eux.
J'ai vu tes yeux marée haute
me parler bien mieux
que des mots d'amoureux.
J'ai vu tes yeux marée haute
déborder de chants heureux
comme les blancs coquillages
dans les rêves d'enfants sages.
J'ai vu tes yeux marée haute
dans le creux de mon cou
et leurs vagues salées couler sur ma joue.
Alors je me suis allongé sur ta plage
pour creuser mon sillage
jusqu'au fond de tes eaux,
et quand tu t'es retirée, je n'étais plus là.


 


Marée Haute est un poème composé de 21 vers, sans composition particulière (c'est-à-dire qu’il a été écrit en une seule strophe). Les mètres  ne sont pas régulier et mon sens, les rimes ne suivent pas un schéma bien précis même si les quatre premiers vers peuvent prouver le contraire. A plusieurs reprises, l’auteur répète un même vers « Jai vu tes yeux marée haute » ; il y a présence d’une anaphore ! Ce poème est écrit pour Marée Haute  mais sa lecture me laisse pressentir qu’il est vraisemblablement destiné à une femme.

Pour la décrire, l’auteur utilise un vocabulaire plus que mélioratif (Comme une impression qu'il s'adresse au Paradis, que sa bien-aimée est une divinité) : «A faire pâlir le ciel d'être bleu» (Vers2), « me parler bien mieux que des mots d'amoureux.» (Vers 9 et 10) et comme ceci tout au long de l'écriture. On notera également que sur les deux derniers même vers il y a un enjambement simple.

Ici, c’est le présent qui domine et cela pour une raison qui semble bien évidente. Comme je disais précédemment, je pense nous pouvons percevoir ce poème comme une déclaration. Il parait alors logique de dire que lorsque ce genre de discours est prononcé, il l’est fait à un moment bien particulier, un moment présent d’où l’emploi de ce temps.     

 

Ce qui m’a énormément plus dans ce poème c’est le calme, la douceur et la petite pointe de olitude qui y règne.

Le calme pour l’environnement, face à la Mer !  La douceur pour les paroles et le thème ! Ici, je qualifierais l’émetteur comme un acteur solitaire puisqu’à mon sens l’action ou la déclaration ne se fait qu’entre lui et la Marée ; parfois on dit de moi que je suis un brin solitaire…Voila pourquoi j’ai aimé ! 


Pourquoi cette photo ? Le paysage décrit à travers les différents vers du poème y correspond parfaitement (à la photo). Il n’y a pas un seul Homme sur le sable, il semble que la Marée s’est retirée…

[Le fait qu’il y ait deux places sur la chaise me laisse penser qu’IL/ELLE aimerait peut être que la Marée vienne le/la rejoindre à ses coté(e)s.]


Pour conclure sur Marée Haute, je dirais que je l’ai publié pour l’environnement dans lequel il est associé, le calme et la sérénité.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article