Jean Orizet-adieu au siècle (virginie)

Publié le par 1ères S2 et S3

Héritier d’un siècle épuisé
Je livre ici quelques images
Qui me pèseront sur le cœur
Pour le millénaire à venir

J’ai vu tout près de Bethléem
De très jeunes Palestiniens
se battre à coups de lance-pierres
contre les fusils des soldats


Sur les trottoirs de Calcutta
J’ai croisé des enfants sans mains
Qui mendient par le seul regard
Ils n’ont ni maison ni parents


Au Cambodge, en Afghanistan
Encore et toujours des enfants
Au pied broyé sur une mine
Laissée par des soldats enfuis


          En Afrique ils meurent de faim
          En Algérie on les égorge
           Partout ils sont martyrisés
            Les enfants de notre planète


                                                                                 Dans les bas-quartiers de Rio
  Jean Orizet est né en 1937, il a publié depuis             Le monde est pour chaque habitant
1692 plus de 20 livres: poèmes, récits, anthologies.             Peur, saleté, misère et boue
Co-fondateur en 1969 de la revue Poésie I qui a                    Voir cela est désespérant   fait

décourir la poésie à des millions de lecteurs.                                                                                            
Il a été membre de nombreux jurys, de                             Faut-il toujours aller si loin
l'association internationale de la critique             Chercher d’aussi tristes spectacles ?
littéraire, président de l'académie mallarmé,             À Paris, Bruxelles ou Saint-Ouen
du PEN club français. Il a reçu les prix Marie Noël,              J’assiste à la même débâcle
Charles Vildrac, Max Jacob, Apollinaire puis en 1991,                                                                          
le grand prix de poésie de l'academie française            Je n’aime pas beaucoup l’odeur
pour l'ensemble de son oeuvre et, en 1993,                      Du siècle moisi dont j’hérite
le grand prix des poètes de la SACEM.                           Il sent la mort et la terreur
                                                                               Il est trop lent ou va trop vite


                                                                                   Enfant des années à venir
                                                                                Essaye d’être un peu plus sage
                                                                                Que nous ne l’étions avant toi
                                                                                 Oublie la colère et la rage
J'ai choisi d'associer à ce poème cette photo
d'une jeune enfant car d'après moi son regard
représente bien ce que l'auteur, Jean Orizet, a                     Avec tous les ordinateurs
voulu faire passer comme message à travers                   leurs écrans bleus de contrôle
ce poème, "Adieu au Siècle", c'est à dire la                           Peut-être dénicheras-tu
souffrance que subissent certains enfants dans                Des réponses à ces questions-là :
notre monde. Je trouve en effet que l'intensité de
ce que l'on voit dans less yeux de cet enfany
est aussi fort que ce que l'on ressent en lisant
ce poème.

                                                                                Pourquoi tant de sauvagerie
                                                                                Dans un monde aussi policé ?
                                                                                Pourquoi ces misères criantes
                                                                                Dans un monde aussi équipé ?

                                                                                Héritier d’un siècle cruel
                                                                        Je vous lègue, enfants, mes révoltes :
                                                                              De simples mots sur du papier
                                                                              Mais ils sont ma seule récolte.




"Adieu au siècle" de Jean Orizet est un poème composé de douze quatrins en octosyllabe. C'est un poème en vers à forme fixe. La ponctuation y est présente, il est composé de rimes libres? On retrouve des rimes croisée aux strophes 7 et 8, les strophes 4,6,9,11 et 12 sont rimé sur ce modèle: AABC. Le reste des strophes ne contient pas de rimes. Ce poème se classe dans le registres pathétique, en effet Jean Orizet dénonce ici les conditions de vie de certains enfants dans le monde.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Clémence 29/12/2015 11:06

Bonjour, auriez vous l'amabilité de me donner la date de ce poème de Jean Orizet ? Ainsi que du recueil dont il est issu ?
Merci d'avance
Bonne journée

virginie 08/05/2009 08:50

un prof de français qui ne critique pas les textes de ses élèves... je n'y crois pas trop, mes textes resteront a jamais encrés dans la table d'étude (n'est-ce pas noemie?)

1ères S2 et S3 30/04/2009 23:27

D'accord avec Noémie : cela me plairait bien de découvrir tes textes personnels (promis : je ne critique pas !... ^^ )

Mlle N. 30/04/2009 19:21

Waaa... y'a pas à dire Virginie t'as vraiment l'âme rebelle. J'aime ce poème mais j'aime bien aussi TES textes. Le Pommier et celui Sans Nom méritent de voir le Grand Jour =)

M. Urnauer 26/04/2009 16:33

Très bon choix.
J'aime bien ce poème, moi aussi.
Jean Orizet est lui-même connu pour ces anthologies poétiques (plus que par ses propres poèmes, peut-être ...)